24.09.22 15:51

24.05.22 - Meshuggah + Zeal & Ardor

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Nous nous retrouvons un mardi soir dans une salle comble à l’Aéronef pour savourer la double affiche partagée entre Zeal & Ardor et Meshuggah. Après plusieurs reports nous pouvons enfin profiter de cette soirée sous le signe de la technicité et qualité sonore avec deux nouveaux albums fraîchement sortis pour chacun des groupes présents.

Avec son Black Metal avant-gardiste aux influences diverses et variées, Zeal & Ardor ouvre les hostilités avec du lourd ! Le set débute alors sur le solennel “Church Burns”, suivi de l’agressivité de “Götterdämmerung” ceci marque le tempo d’une performance des plus endiablées. Effectivement, nous pouvons souligner que le nouvel album éponyme, davantage sombre, permet d’apporter une nouvelle dimension plus dantesque en concert. Nous pouvons citer l’intensité de “Run”, “I Caught You”, “Row Row”  ou encore “Death To Holy” acclamé par le public, ce qui prouve l’excellent accueil réserves aux nouveaux morceaux. Le tout se mélange avec les classiques toujours autant appréciables avec “We Can’t Be Found” qui fait monter la pression, le classique “Devil Is Fine” sur un tempo plus léger ou encore “Baphomet” qui referme la performance. Manuel, toujours de nature réservée, remercie tout de même son public et fait quelques efforts pour échanger en français puis son sourire tout le long de la prestation nous montre son enthousiasme. Tandis que la cohésion avec les deux choristes Denis Wagner et Marc Obrist est toujours aussi appréciable, ils sont notamment déchaînés durant la prestation, ce qui permet d’apporter des bonnes ondes et une bonne énergie qui est déjà très bouillante. Cinquante minutes de prestation sont fort appréciables pour une première partie et permettent de savourer seize morceaux du répertoire dense de Zeal & Ardor. Effectivement, sans cacher mon admiration pour ce groupe qui me surprend toujours autant sur album et en concert, je savoure cette nouvelle set-list. Le placement des morceaux est vraiment judicieux afin d’alterner entre les plus récents qui sont plus sombres et ceux issus de leurs premiers albums parfois plus sages pour un rendu totalement percutant. La prestation apporte un bon échauffement avant le plat de résistance qui va frapper dans le lourd. 

Voici le moment tant attendu, les suédois de Meshuggah franchissent la scène pour tout détruire sur leur passage. La prestation commence fort avec “Broken Cog” qui va faire monter la pression en s’amplifiant au fur et à mesure tandis que le groupe se positionne devant des panneaux lumineux rouge vif. La couleur de la prestation est donnée avec une entrée fracassante qui va faire échos au chaos musical dont nous allons être témoins. 

Dès les premières notes du saisissant “Light the Shortening Fuse”, la fosse se transforme en véritable boucherie et se donne à cœur joie dans des pogos bien musclés. Si les morceaux du nouvel album “Immutable” résonnent avec fracas, nous savourons tout autant la technicité des classiques : “Rational Gaze”, “Born in Dissonance” ou encore “Pravus”. Notons aussi l’enchaînement de  “In Death – Is Life” et “ In Death – Is Death”  fut fortement acclamé par un public qui en redemande encore. Effectivement, la setlist permet de retracer la danse de la discographie de Meshuggah avec leurs morceaux les plus percutants. Ce chaos est orchestré, dans les moindres détails, avec un lightshow qui accompagne avec minutie leurs sonorités dévastatrices. La prestation touche à sa fin avec deux classiques tout aussi ravageurs : “Demiurge” et “Future Breed Machine” qui permettent de savourer une dernière fois cette technicité chirurgicale.

Meshuggah à frapper fort avec une finesse du détail au millimètre près accompagnée d’une technicité dévastatrice qui a fait trembler les murs de l’Aéronef. Le public est conquis et ne ressort pas indemne de ce chaos.

Informations supplémentaires

  • Salle: L'Aéronef
  • Ville: Lille
  • Pays: France
Lu 133 fois