26.06.20 19:58

ATAVIST - "III : Absolution"

Écrit par
Évaluer cet élément
(1 Vote)

« Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle/Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis,/

Et que de l’horizon embrassant tout le cercle/Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits ; »

 

Ce quatrain de Baudelaire , le premier de Spleen, se marie à la perfection, en une union désespérée, avec "III : Absolution", lourd obélisque basaltique qui pointe le néant. Les quatre longs morceaux de ce disque s’habillent du désespoir le plus profond, de la tristesse la plus absolue, teintée parfois d’une colère terrifiante jaillie des vocaux habités, torturés de C. Naughton, guitariste et chanteur de Winterfylleth.

"Loss", immense composition de plus de 16 minutes, ouvre ce bal des ombres sur une intro épurée de trois minutes, bâtie sur deux notes, une ombre de clavier, puis enrichie de cordes à la beauté douloureuse — le violon et la contrebasse apportent une mélancolie presque apaisante — avant que les guitares ne déversent leurs vagues de souffrance. "Struggle" est plus direct, plus oppressant. Ici nulle respiration, juste une procession vers l’abîme, lente et terrifiante, au son d’un funeral doom épais comme la poix, froid comme la glace. Après un "Self Realisation" dans la même veine — de charbon — l’album se clôt sur une nouvelle pépite noire, "Absolution", qui rappelle les premiers My Dying Bride. Beauté pure, mélodies envoûtantes, chant déchiré, guitares oppressantes… Chef d’œuvre.

 

Le disque achevé, on ressent cette scène :

« Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,/Défilent lentement dans mon âme ; l’Espoir,/

Vaincu, pleure, et l’Angoisse atroce, despotique,/Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir. »

Informations supplémentaires

  • Note: 4.5/5
  • Genre: Doom/Death
  • Pays: Royaume-Uni
  • Label: Candlelight Record
  • Date de sortie: 19.06.20
Lu 331 fois