Greg

Greg

Bien qu'ENTRAILS se soit formé au début des années 90, appartenant ainsi à la " première vague de Death Metal suédois old school ", le groupe fait un comeback d‘entre les morts en 2008 pour au final devenir dans les années qui ont suivi, un des groupes emblématiques de ce que l'on qualifiera à juste titre de nouvelle vague de Death Metal suédois old school. La formation tente ici avec "An Eternal Time of Decay » une sorte de nouveau départ représentant une sorte de redémarrage avec des chansons plus recherchées et originales tout en incorporant également une technicitée équilibrée sans perdre le côté old-school.  Aimant leur genre bien-aimé, ils sont là pour tout simplement l'honorer et le font avec brio.  Dans la même veine que des groupes comme Grave et Dismember, ENTRAILS réussit à garder cette énergie propre au genre, c 'est-à-dire brut et sans prise de tête. Certains morceaux comme “ Slayed to a Pile of Flesh” et Inverted Graveyard en sont la preuve vivante, le groupe le prouve ici à merveille.

Au final, ENTRAILS réussi à trouver son propre style, en mélangeant les riffs sur le thème du film d'horreur Ceux-ci imprègnent leurs chansons, tout en gardant une grande partie de l'essence de ce qu'est le Death suédois de la vieille école et qui n’est autre qu’une ambiance sombre avec une batterie qui explose, vous rentre dedans, avec quelques riffs mélodiques à certains moments et le tout bien mélangé avec un niveau technique entretenu. "An Eternal Time Of Decay" a de très bons atouts dans sa manche et permettra aux fans de passer un très bon moment.

03.07.22 16:47

DOWNSET - "Maintain"

Downset, originaire de Los Angeles, récemment signé et de renommée mondiale Nuclear Blast Records, et ayant récemment sorti des rééditions de leurs démos originales, nous sort ici leur tout premier album Maintain après 8 ans d’existence. La formation américaine nous revienne ici avec leur hardcore old-school, et ont puisé dans l’énergie et le code qui les caractérise depuis le début avec des thèmes primordiaux pour eux : la vie, la mort, l'amour, la haine, l'injustice... et la rue.  Ce qui fait la force de cet album, c 'est que tout au long de l’écoute, les chansons sont liées les unes aux autres grâce au travail fourni sur les paroles. Les thèmes abordés par le chanteur sont nombreux, les amis, son équipe, son dévouement au travail syndical, on ressent clairement l’implication du chanteur dans beaucoup de domaines différents et est très sérieux à leur sujet. Les choses qui lui arrivent ou qui arrivent à ceux qui l'entourent sont très importantes pour lui et cela se ressent. Niveau musical nous ne sommes pas en reste pour autant dès les premières notes on se retrouve propulsés dans les années old school et ça fait du bien. Downset représente clairement le hardcore à l’ancienne, comme les piliersque sont Madball, Agnostic Front est bien d’autres que l’on ne vous présente plus. La basse bien clean et ronde, bien présente comme sur le morceau “Wreck it” ou “On lock (only the defest)”. Le chant avec ses vibes rap et par moment clean apporte une force au morceau. « The place to be » nous offre cependant des petites notes légèrement différentes. Rogelio "Roy" Lozano, guitariste et fondateur du groupe, ayant travaillé dans divers studios de renom a tout enregistré, aidé par Nick Jett de Terror et est finalisé par Howie Weinberg à Los Angeles. Le groupe nous propose comme produit final une belle palette d’énergie old school qui marche à la perfection.

Suite à leurs 2 démos très réussies, Chaotian nous revient ici avec “Effigies of Obsolescence”. La formation danoise nous propose avec leur premier véritable full effort une combinaison puissante. Entre riff groovy et harmonies bien placées, ils nous envoient leur excellent Death metal en pleine tronche. La lourdeur des guitares sur les morceaux et l’accompagnement de bon gros blast beats nous fait l’effet d’une claque dans la gueule. Le morceau « Effigies of Obsolescence » nous balance une intro bulldozer d’une grande efficacité qui est limite déconcertante. Le morceau éponyme des danois nous met littéralement KO, le morceau « Fustuarium » ne laissera pas en reste certains fans de grosse ligne basse bien travaillées. Les morceaux s'enchaînent et l’écoute générale ne se décroche pas tellement, c ‘est massif et compact.  A noter que les voix des deux chanteurs, guitare, chant et batterie-chant ont une grande importance à la réussite de leur premier LP. La lourdeur et le côté caverneux de leur chant se combinent finalement de manière magistrale à l’ensemble des compositions. Chaotian nous montre ici leur plein potentiel avec leur Death metal old school et brutal à la fois ce qui nous délivre une association parfaite.

Crée en 2008 à Ottawa au Canada, Fumigation nous sort ici un tout nouvel album « Structural Extermination ». Ayant eu la chance de jouer avec des groupes tel que Vital Remains, Napalm death, Révocation ou encore Immolation, nous ressentons clairement quelques influences, notamment dans certaines structures de morceaux. Composé de 10 morceaux, ce nouvel album ravira les fans du genre. On parle bien ici de bon gros death metal, batterie groovée et lourde, guitare technique avec des rythmiques tantôt cassés tantôt mélodiques. Certains morceaux, notamment comme sur « The Barren Hive », un featuring est à signaler avec le chanteur de Bleeding Spawn, Dominic Vorster, pour ne citer que lui car l’album regorge d’invités en tout genre. Le morceau « Botfly Incision » quant à lui propose ici un passage lourd et vénère qui fait plaisir à entendre. Les fans d’Immolation ou encore Cephalic Carnage trouveront clairement leur compte. Les Canadiens dépeignent comme sur beaucoup de leurs albums précédents, un univers tournant autour des insectes, rongeurs et autres produits chimiques ou sur la phobie de certaines personnes mais le tout teinté de beaucoup d’humour.  Ce nouvel album ne déroge pas à la règle avec cette nouvelle salve de morceaux. En résumé groove death metal insectes et humour sont les maitres mots de « Structural Extermination » !!!!