04.12.22 21:01

21.11.22 - In Flames

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Soirée suédoise

Après Amon Amarth qui faisaient leur apparition au Rockhal à Esch-sur-Alzette (L) le mois dernier, l’invasion suédoise continue avec d’autres vétérans du tir de salve gutturale : In Flames et At the Gates, accompagnés des jeunes d’Orbit Culture et d’Imminence comme ouvreurs du champ de bataille.

La soirée commence avec une surprise : les portes de la grande salle sont fermées, les concerts ont donc lieu au petit Rockhal Club ! Et une deuxième surprise suit directement en y entrant puisqu’un balcon qui n’existait pas encore lors du concert de Cradle of Filth six semaines auparavant se fait apercevoir ! A 18.30 heures, le show d’Orbit Culture commence ponctuellement. Une bonne occasion pour ma femme et moi de découvrir ce groupe qui n’a que très rarement joué en dehors de leur territoire nordique, mais semble néanmoins déjà avoir gagné une certaine notoriété puisque deux filles au premier rang crient « We love you ! » lorsque la troupe monte sur scène. Le quatuor joue un mélange rafraichissant d’un son brutal, mais très mélodieux, et quelques passages plus soft et atmosphériques, le tout accompagné par des growls ultra bas et plaisants de Niklas Karlsson. C’est pas mal du tout pour un groupe qui n’a pas encore signé avec une maison de disques. En plus, leur performance en live semble déjà très pro quand on sait que leur toute première tournée avait lieu juste avant la pandémie. Il faudrait par contre dire au roadie hyperactif que ce n’est pas la peine de monter trois fois sur scène juste pour ajuster un peu le microphone de Niklas !

Après cette ouverture réussie on découvre Imminence, une formation de Malmö qui se mettent eux-mêmes l’étiquette de Post-Metalcore mais qui à mon avis ne sonnent pas vraiment comme du Core puisque les breakdowns et changements de rythme typiques manquent ; c’est plutôt du Melodic Death Metal avec certaines libertés comme l’usage d’un violon. Oui, vous avez bien lu, c’était la troisième surprise du jour lorsqu’Eddie (pas la figure fameuse d’Iron Maiden, mais le chanteur, Eddie Berg) monte sur scène avec un violon dont il se sert maintes fois pendant le show. Comme pour le premier groupe, on entre facilement dans leurs univers de son, c’est un style assez facile d’accès si on ne connaît pas les tubes. Le son est impeccable grâce à un mixage bien nuancé qui n’étouffe pas les guitares comme c’est parfois le cas au Rockhal. La lumière est assez bonne pour prendre des photos et après la troisième chanson je quitte la rangée des photographes et le gars costaud de la sécurité m’ordonne de quitter la salle afin de remettre mon équipement photo à l’accueil ! Ce nouveau règlement d’ordre intérieur est très chiant puisque je dois me frayer un chemin à travers une audience venue en masses et je rate en plus une partie du concert.

Et l’organisation suboptimale continue avec le concert d’At the Gates qui commence quinze minutes plus tôt qu’annoncé. Quand le groupe monte sur scène, je me précipite donc vers l’accueil pour récupérer mon appareil photo, tout comme d’autres photographes et on doit tous traverser une salle pleine pour accéder à la rangée photo devant la scène - bref, le grand n’importe quoi ! Il me reste que deux chansons pour faire des photos et de retourner encore une fois à l’accueil. Le concert remonte heureusement mon humeur puisque le gars au micro vêtu d’une casquette et d’une chemise de bûcheron me semble familier ; c’est Tomas Lindberg avec qui j’avais fait une interview pour Metal’Art l’année passée. L’ambiance dans la salle monte d’un cran, soit par la notoriété de ce groupe pionnier du Melodic Death Metal, soit par le simple fait que Tomas sait bien les animer. Et le son assez brute et répétitif par moments anime plus au pogo que celui des deux groupes précédents. Quand ils commencent à jouer leurs vieux tubes du milieu des années 90, je me rends compte que bon nombre des spectateurs n’avaient probablement pas encore vu la lumière du jour. Le fait que quatre des dix chansons du concert sont tirées de l’album-phare « Slaughter of the Soul » de 1995 montre bien l’importance que le groupe accorde à cette galette. Par contre, seule la toute première chanson du concert (« Spectre of Extinction ») est issue du dernier album « The Nightmare of Being ». J’aurais bien aimé l’entendre plus longtemps que quelques petites secondes, mais vous devinez pourquoi ce n’était pas possible…

Je me méfie du timing et pour le dernier concert, je récupère mon équipement bien avant le concert. J’avais déjà vu In Flames ici à la grande salle il y a cinq ans quand ils tournaient avec Five Finger Death Punch. J’étais donc curieux de voir comment l’atmosphère serait dans le petit Club avec le nouveau balcon. Et pour le dire tout de suite : c’était génial ! J’ai rarement vu un public aussi actif, c’était en plus un lundi, le moshing et les surfers ne s’arrêtaient plus et un circle pit après l’autre et se laissait bien apercevoir de ma place tranquille au balcon. Lorsque toute la salle commence à crier le nom du groupe, le chanteur, Anders Fridén, commente : « I don’t know what’s going on, we fucking love you guys ! ». Il annonce en même temps le nouvel album « Foregone » dont ils ont présenté trois chansons. La setlist était d’ailleurs excellente puisqu’après le nouveau morceau « The Great Deceiver » comme ouverture, In Flames continuent directement avec les grands classiques « Pinball Map » et « Cloud Connected » qui apportaient peut-être dès le début cette superbe ambiance. En tant que dixième chanson, « Wallflower » avec son début lent et purement instrumental donnait un petit repos pour les tympans et le temps à Anders pour boire un coup. D’une manière générale, le concert peut être vu comme un best of des trois décennies du groupe avec seize morceaux choisis parmi onze albums. Le groupe conclut un show musicalement irréprochable avec « Take This Life ». J’ai hâte de les revoir au prochain Summer Breeze Open Air !

 

Informations supplémentaires

  • Salle: Rockhal
  • Ville: Esch-sur-Elzette
  • Pays2: Luxembourg
  • Crédit photos: Dean G.
Lu 102 fois Dernière modification le 07.12.22 14:55
Plus dans cette catégorie : « 09.04.22 - BetizFest