19.02.22 18:23

WIEGEDOOD - "There’s Always Blood At The End Of The Road"

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Depuis 2015, nos compatriotes de Wiegedood ont réussi à s’imposer comme l’une des formations blacks qui compte aussi bien sur la scène de notre plat pays qu’à l’international. Le trio flamand avait déjà rebattu certaines cartes avec sa trilogie « De Doden Hebben Het Goed » et distord encore cette fois les frontières du style avec ce « There’s Always Blood At The End Of The Road ». Ce 4e album se présente d’entrée de jeu comme le plus violent du groupe. La voix éraillée de Levy Seynaeve (Living Gate, ex-Amenra), légèrement en arrière-plan dans le mixage, sert des morceaux alliant un côté brut de décoffrage dans la production et des compositions aux accents parfois dissonants voire dérangeants. En découle une espèce de bande-son du dégoût, un black metal vicieux traversé par une atmosphère poisseuse appuyée par la marque de fabrique de Wiegedood : les riffs entêtants. Que ce soit sur « FN Scar 16 », « Noblesse Oblige, Richesse Oblige », « Now Will Always Be » ou encore « Carousel », le groupe répète les séquences à l’envi comme il le faisait déjà sur sa première trilogie. L’imprégnation est donc totale pour l’auditeur qui en perdrait même une certaine notion du temps. L’interlude « Wade » à la guitare sèche rugueuse et presque désaccordée qui bascule sur le puissant « Nuages » se présente également comme une remarquable illustration du malaise distillé. Si la personnalité musicale reste, « There’s Always Blood… » prend ses distances par rapport à « De Doden… » à plusieurs égards. Si le triptyque initial se caractérisait à chaque fois par la présence de 4 morceaux d’une durée oscillant entre 6 et 13 minutes parmi lesquels le titre éponyme se plaçait toujours en 3e position, ce nouvel album se montrait d’emblée différent avec 9 morceaux d’une durée généralement moindre. L’accent est mis sur l’atmosphère mais Wiegedood n’en oublie pas pour autant l’efficacité en proposant des riffs plus directs comme sur « Until It Is Not » ou « Theft And Begging ». « There’s Always… » se présente donc comme une véritable réussite et une excellente alternative pour ceux qui désirent explorer les chemins de traverse d’un black metal à la sauce du collectif Church Of Ra.  

Informations supplémentaires

  • Note: 4.5/5
  • Genre: Black Metal
  • Pays: Belgique
  • Label: Century Media
  • Date de sortie: 14.01.22
Lu 244 fois