02.02.21 18:44

SETH BORSELLINI - "Moodness"

Écrit par
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Une nouvelle fois, l’Italie démontre toute sa pluralité et sa richesse en matière de metal. Et après Aborym il y a peu, on reprend une cuillérée d’indus avec Seth Borsellini, astucieux pseudonyme en référence au dieu égyptien du chaos (déjà, ça annonce la couleur). Il est également vétéran du groupe « Sfregio », ou « balafre » en français, groupe de Thrash plutôt décalé qui aura sorti trois albums, ainsi que de « November Guns », groupe de reprises des Guns’n’Roses. Pourquoi citer de cette façon le CV du bonhomme ? Et bien pour montrer qu’il n’en est pas à son coup d’essai pardi ! Néanmoins, on est loin de ce à quoi l’homme nous avait habitués jusqu’ici. Exit les shorts et les cheveux longs, maintenant c’est crâne rasé et long manteau à la Matrix. Et de fait, le « mood » (ha ha) de l’album est bien différent du reste de ses œuvres. On reconnaît là le côté très mutagène de l’indus, permettant de diversifier les ambiances et les rythmes pour faire plus ou moins ce que l’on veut. On ne prétendra pas que le style est véritablement réinventé avec cette première incursion dans le genre, mais on a au moins droit à quelques chouettes variations entre les dix titres (onze en comptant l’intro). Ainsi le single « Taste My Hell » est très NIN dans son instru, et très Manson dans son chant. Le tout étant plutôt costaud tout en gardant un côté émotionnel fonctionnant assez bien. La plage tutélaire est quant à elle plus brute, plus crue. Plus directement « indus » dirons-nous. Avec un peu de reverb rajoutant un aspect éthéré à l’ensemble, avec en plus un refrain assez diablement entraînant. Alors que « That Fog » est plus minimaliste, plus lourd, plus « martial ». On ne va pas faire toutes les pistes, mais disons qu’il y a à boire et à manger et que ça ne donne pas mal du tout, surtout pour une première d’un artiste touche-à-tout (bien qu’il ne s’agisse pas d’un one-man-band, contrairement à ce que son nom voudrait faire croire !). Ce n’est pas encore parfait, il manque sans doute de titres vraiment mémorables, mais on salue la prise de risques. À voir maintenant si on aura droit à un second essai pour sublimer l’ensemble ou bien si, au contraire, Monsieur Borsellini tentera encore quelque chose de différent par la suite. En tout cas, son parcours est digne d’intérêt.

Informations supplémentaires

  • Note: 4/5
  • Genre: Industriel
  • Pays: Italie
  • Label: This Is Core Records
  • Date de sortie: 15.12.20
Lu 705 fois
Ale