14.12.19 16:30

12.12.19 - Insomnium / Black Dahlia Murder

Écrit par
Évaluer cet élément
(3 Votes)

On a dû patienter pendant plus de vingt ans avant qu’un des tout meilleurs groupes Melo-Death trouve enfin le chemin vers nos régions. Et c’était bien le cas hier à l’Atelier au Luxembourg, eurêka ! En tant qu’avant-dernier concert d’une tournée européenne intitulée après leur dernier opus « Heart Like A Grave », le quatuor finlandais vient de faire trois concerts en France et ce sera la Belgique qui aura l’honneur de profiter d’une apparition de clôture ce vendredi 13 décembre à Anvers. Mais parlons d’abord des Black Dahlia Murder qui ont accompagné Insomnium.

En absence d’un troisième groupe, le rôle d’ouvrir revenait directement aux Américains de Detroit. Puisque la soirée commençait à vingt heures, je me demande pourquoi l’Atelier n’a pas invité un groupe local pour ouvrir la soirée un peu plus tôt ! The Black Dahlia Murder, dont le nom fait référence à un meurtre avéré commis en 1947 à Los Angeles, connaît une belle notoriété au pays de l’Uncle Sam. On note en effet plus d’un million d’abonnés sur Facebook ! Mais en ce qui concerne les tournées, ils se font plutôt rares en Europe. Les seules photos que j’avais prises du groupe datent déjà de 2011 lorsqu’ils avaient partagé la scène avec Amon Amarth à Cologne.

Devant un public assez restreint pour ce site bien connu, le chanteur Trevor Strnad et ses quatre complices ont quand même pris le mors aux dents et ont bien bombardé les tympans ! Par rapport au style très mélodieux d’Insomnium, les Américains sont rapides comme une Kalachnikov et lourds comme un rouleau compresseur ; on retrouve des influences du Death et de Metalcore, et à mon avis, ils se positionnent quelque part entre du Cannibal Corpse et du Carcass. Ce style brachial n’est pas si facile d’accès pour un public venu en majorité pour savourer l’eurythmie fine déployée par Insomnium. Et ceci explique probablement la discrétion des gens : peu de pogo et pas de crowd surfers - ce qui est plutôt rare quand ce type de musique se fait entendre.

Le groupe a cependant joué un concert irréprochable et techniquement bien maîtrisé. Environ la moitié d’une bonne douzaine des chansons jouées ce soir était extraite du dernier album « Nightbringers », dont le tout premier morceau « Widowmaker ». Avec quatre chansons, l’album « Nocturnal » de 2007 qui comporte aussi le dernier titre de la soirée (« Deathmask Divine ») était aussi bien représenté. Étonnant que l’audience n’avait pas droit à quelques titres connus pour lesquels les Américains ont produit de rares vidéos. Ne citons que « Receipt », « Funeral Thirst » ou « Goat of Departure ».

La salle se remplissait pour Insomnium sans pour autant être comble. Je compte 300 ou 400 personnes, moins que j’avais attendu. Mais dès la première chanson « Valediction », l’ambiance était bonne. Et le son aussi ! C’était en effet mon plus gros souci puisque l’année dernière au Graspop Metal Meeting, le gars à la table de mixage avait mis les guitares à un niveau si bas qu’on ne pouvait pratiquement pas les entendre - ce qui ruinait tout le concert et ma bonne humeur aussi. Ce n’était heureusement pas le cas à l’Atelier grâce à un mixage impeccable.

Le groupe de Joensuu enchaîne directement avec une deuxième chanson intitulée « Neverlast », puis le classique « Into The Woods » après lequel Niilo demande aux spectateurs de montrer qu’ils savent mieux mettre le feu que les Allemands à Hambourg où ils avaient joué la veille. En tout cas, le groupe s’est donné du mal à animer les gens - pari gagné ! Pendant tout le concert, les fans étaient bien captivés. Et lorsque les premières mesures de « While We Sleep » se faisaient entendre, une ambiance euphorique se propageait. Nul doute que ce groupe expérimenté connaît son métier après huit LP et deux EP sortis, et ceci même sans la présence du guitariste Ville Friman qui se concentre actuellement sur sa tâche de lecteur à l’Université de York. C’est Jani Liimatainen, ex Sonata Arctica, qui prend son rôle pendant la tournée. Il a aussi été accueilli comme nouveau membre à part entière depuis cette année.

Au milieu des quatre rappels additionnels, Insomnium a fait un petit break durant lequel Markus Vanhala (ex Omnium Gatherum) et Jani Liimatainen nous ont surpris en revenant sur scène avec des chapeaux de cow-boy pour nous divertir avec un medley acoustique. Et ces deux chapeaux se sont retrouvés sur la tête du chanteur Niilo lors de la quatorzième et dernière chanson « Heart Like a Grave ». Nul doute que les Finlandais se sont bien amusés - tout comme le public. Chose qui ne passera pas inaperçue chez Niilo qui remarquait à la fin : « We shoud have come here earlier ! ». Oui, Niilo, on vous a attendu depuis plus de vingt ans !

Informations supplémentaires

  • Salle: Den Atelier
  • Ville: Luxembourg
  • Pays: Grand Duché du Luxembourg
Lu 570 fois