20.11.19 21:27

16.11.19 - La Guerre des Gaules

Écrit par
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Ce samedi 16 novembre, j’assiste à la 11e édition de la Guerre des Gaules. Le champ de bataille semble presque désert, seuls quelques légionnaires de première ligne s’affairent. Je l’ignore encore, mais une fois de plus le Centre Culturel de Chênée tremblera bientôt dans une lutte sans merci.

Les Verviétois de Black Strike lancent le premier assaut en éclaireurs. Il n’y a pas énormément de monde dans la salle, mais bon, nous sommes midi et il ne faut pas trop nous presser nous les belges hein ! Leur style musical me fait penser à du Deftones revisité… ça passe sans éclat ni dégât.

Le combat prend un nouveau tournant lorsque, l’ennemi- public endormi à coup de metal fritcore, le régiment Baraka en profite pour asséner leur premier coup : le traditionnel lancé de Carapills aura raison d’une partie des fans. Ben oui, comme dirait César :  « Fortissimi sunt Belgae SAUF quand il y a une Cara !!!! »

Les Français de Think Of A New Kind (T.A.N.K.) vont devoir remettre un peu de discipline dans les rangs. Le set sera composé entre autres d’extraits de leur 4e album qui sortira début 2020.

Je pense que passer d’un French-can-core à un death metal mélodique assomme un peu le public qui s’en trouve moins réceptif. L’ambiance retombe un peu et je trouve ça dommage.

Qu’à cela ne tienne, les hostilités reprennent vigueur et la salle est déjà de 2/3 comble lorsqu’apparaissent d’horribles créatures à la peau grise et putride. L’armée d’Aktarum se jette au combat sans la moindre hésitation. Le groupe de folk metal aura ainsi l’honneur et le privilège des premiers slams de la foule. 50 minutes d’un set puissant démontrant une fois encore qu’Aktarum reste LE grosbill de la scène Trollmetal.

Retour au calme avec les Booze Brothers. On se situe plus dans l’irish trad version rock que dans le punk celtique. C’est plus léger et j’ai ressenti leur prestation comme une zone tampon qui maintiendrait une certaine dose d’ambiance tout en permettant aux troupes de reprendre leur souffle le temps d’une bière…ou deux.

Alors, Smash Hit Combo, c’est MA grosse claque de la journée ! L’arme absolue de la Guerre des Gaules : une bombe hardcore venue de Colmar qui t’explose au visage. Ça jump et slam de partout c’est juste la folie (même les enfants s’y mettent). De la première note à la dernière, je reste au front, bouche bée devant tant d’énergie. Double raison de faire la fête : leur dernier concert avant l’enregistrement du prochain album et l’anniversaire de Baptiste le guitariste. Alors, pourquoi s’en priver ?

Surfant sur cette vague de vitalité, Les Black Tartans reprennent l’assaut avec leur bon gros punk celtique super entraînant. J’adore leurs prestations en général car à chaque fois il y a une véritable interaction avec leur public. Ici encore, on finit sur la scène à chanter et à danser.

Au final, 600 personnes sont présentes pour la double tête d’affiche de cette journée.

Le combat s’achève avec les Parisiens de No One Is Innocent telle une lutte symbolique envers notre société. Des textes qui te touchent l’âme, même si j’avoue ne pas accrocher musicalement parlant.

Les Bad Religion à la sauce bretonne de Tagada Jones clôturent en beauté cette journée de guerre, la foule est toujours déchaînée, mais les 2x75 minutes des deux dernières prestations ont raison de moi et me semblent un peu longues la fatigue se faisant sentir.

Ce festival m’a vraiment plu alors qu’au départ je ne savais pas trop à quoi m’attendre.

L’organisation au top et j’ai été particulièrement impressionnée par le professionnalisme de l’équipe technique toujours au taquet et un running order respecté à la minute pour les neuf groupes en lice.

Ce samedi 16 novembre, j’ai survécu à la guerre et j’ai pris mon pied…. Que dire de plus ?

À l’année prochaine !

Informations supplémentaires

  • Salle: Centre culturel
  • Ville: Chênée
  • Pays: Belgique
Lu 1992 fois Dernière modification le 20.11.19 21:39
MJ